À propos

« Des yeux pour voir, des oreilles pour entendre et un coeur pour aimer »

Claude Mailloux

Dialogue entre anthropologie et spiritualité

 

Ce site propose une manière de comprendre la vie spirituelle en référence à une anthropologie ouverte inspirée de l’œuvre de Denis Vasse, médecin, prêtre jésuite et psychanalyste (ꝉ 2018). Il offre des ressources diverses sur une spiritualité qui s’attache à l’expérience de la vie concrète.


Site administré et alimenté par Claude Mailloux, accompagnateur spirituel, conférencier, auteur et chercheur à Montréal au Québec.

Claude Mailloux

Père de famille, Claude Mailloux est docteur en théologie pratique. Déterminante, sa thèse doctorale s’intitule Counseling pastoral et désir d’altérité : contribution de Denis Vasse à une anthropologie psychoreligieuse. Dans sa carrière, il a été coordonnateur des services de pastorale à l’Université Saint-Paul d’Ottawa, professeur adjoint à la Faculté de théologie, d’éthique et de philosophie de l’Université de Sherbrooke et animateur de pastorale en milieu carcéral. Il a enseigné dans les domaines de l’anthropologie spirituelle et du counseling pastoral.

Comme chercheur, il s’intéresse à l’articulation des processus psychiques et de la dynamique de quête religieuse et, plus particulièrement, à l’impact de la quête religieuse dans la vie.  Il travaille depuis 2007 auprès des patients et de leurs proches comme intervenant en soins spirituels à l’Hôpital général de Montréal. Membre fondateur de l’AIISSQ, il a organisé en 2004 un colloque international sur le thème Anthropologie et spiritualité. Il est membre de la section du Québec de l’Association canadienne des soins spirituels.

Ma quête intérieure

D’ingénieur en mécanique à praticien du counseling pastoral et à théologien, ce cheminement s’est fait suite à une bascule intérieure. En prolongement de certains passages de vie douloureux, je me suis senti appelé à mobiliser le meilleur de moi-même, ce que mon travail d’ingénieur ne n’arrivait pas à me donner. J’étais comme une terre en friche, habité par une interpellation « Qu’est-ce qui fait qu’on peut tenir debout quand plus rien ne nous tient? ». Je me rendais aussi compte que certaines manières de vivre la religion menaient dans un cul-de-sac.  J’écoutais enfin ce qui parlait en moi. Ce fut le début d’une quête intérieure pour suivre un désir profond issu de ma terre inexplorée. Je devins explorateur de ma vie intérieure et de ma vie spirituelle. Et, comme un parchemin vivant, ça s’écrivait en moi.

Mon désir de vivre

J’ai donc laissé de côté ma pratique de l’ingénierie et je me suis mis à suivre les traces d’un désir qui fait vivre ou, cela serait plus précis, un désir qui donne le goût de vivre même dans les pires situations. Cette recherche m’a conduit à explorer les théories psychanalytiques en même temps que je vivais une expérience de psychothérapie et que je suivais une formation pour devenir conseiller pastoral. Cela vous donne sans doute un aperçu de l’effervescence qui m’habitait à ce moment. Ce qui m’a conduit à considérer l’anthropologie ouverte de Denis Vasse comme la source d’une compréhension vraiment profonde de la personne humaine qui pouvait, sans dommage, subir l’épreuve du réel.

Ma découverte

Même en étant père d’une jeune famille, ma soif d’apprendre sur cette intériorité me conduisit à retourner étudier à l’université en counseling pastoral et en théologie, puis devenir professeur d’université et, aujourd’hui, intervenant en soins spirituels. Les écrits de Denis Vasse, psychanalyste, médecin et jésuite, ont laissé une marque durable dans le chercheur que j’étais. C’est d’abord en travaillant son œuvre, puis de 2002 à 2005, en le rencontrant et en fréquentant le Jardin couvert de Lyon (https://www.jardincouvert.org/) que j’ai découvert une spiritualité très proche du vécu. J’ai aussi fréquenté de nombreux auteurs, certains très critique de son œuvre et d’autres avec qui il y avait une sorte d’affinité.

Ma spiritualité

L’ensemble de ce rigoureux travail de recherche m’a permis de « modéliser » une spiritualité terre à terre originale. L’œuvre de Vasse présente l’être humain comme un être de désir, habité par la Parole qui rend l’humanité possible en créant un espace où la différence cesse d’être un point de discorde et de violence destructrice. L’altérité de tout un chacun trouve alors un lieu dans lequel les alliances peuvent prendre place de manière féconde et créative.  C’est cette vision de la spiritualité que je soutiens et que je veux répandre parce qu’elle redonne sens là où, dans la désalliance, la différence se perçoit comme une menace. Réelle ou imaginaire, la menace devient rapidement prétexte à l’apparition de toutes sortes de folies meurtrières et destructrices. Les guerres de tous acabits et le terrorisme en sont des exemples criants.